Communiqué de presse : L’URBANISME NON COLLABORATIF à CASABLANCA

Dans le domaine des espaces verts comment agir sur les causes et réduire les conséquences ?

Le Jeudi 14 Janvier 2021 à 17h00

Dans le cadre du projet « Urbanisme collaboratif à Casablanca  », l’AMCDD organisera le jeudi 14 janvier 2021 à partir de 17h00, la première rencontre interactive à distance, qui portera sur le thème « Comment agir sur les causes et réduire les conséquences de l’urbanisme non collaboratif à Casablanca , dans le domaine des espaces verts ».

Ce type d’urbanisme a contribué à la transformation de Casablanca en une ville très bétonnée, réduisant la proportion et les rôles des espaces verts et leurs capacités à assurer la santé physique et psychologique des citoyens.

Il a réduit aussi la contribution des espaces verts au développement économique et social, les capacités d’adaptation et de résilience au changement climatique et notamment aux fortes précipitations ? En annexe, veuillez trouverez un communiqué de presse sur le programme global du projet « Urbanisme collaboratif à Casablanca »

Cette rencontre permettra aux acteurs scientifiques, sociologiques, architectes paysagers, ingénieurs et chercheurs participant à ce projet, de présenter leur analyse sur l’état actuel de la ville, et comment améliorer l’importance et le rôle des espaces verts à Casablanca afin de réduire ou surmonter un certain nombre de problèmes du paysage urbain casablancais . Il s’agit de la première d’une série de cinq rencontres à distance programmées et interactives qui nous permettront d’aborder les grandes questions suivantes et de leur proposer des alternatives et solutions pratiques.

Peut-on continuer à parler de normes internationales pour la proportion d’espaces verts d’environ 25 m² par habitant quand nous n’en sommes qu’à 1 m² par habitant à Casablanca et que ce mètre carré est à une distance de plusieurs kilomètres du lieu de résidence ? Quelles sont les nouvelles normes internationales en matière d’espaces verts ? Quels sont les principes et normes des villes durables en la matière ? Est-il possible de continuer à parler du pourcentage d’espaces verts, sans faire de distinction entre la proportion de parcs, jardins et les autres types d’espaces verts ? Quel est la position de Casablanca dans le classement des villes selon la proportion d’espaces verts qu’elles abritent ? A titre d’exemple, les espaces verts à Madrid représentent 45% de sa superficie. Est-il possible de croire que l’importance et la valeur du foncier à Madrid est inférieure à celle de Casablanca, ou qu’elle n’a de lobbies de l’immobilier ? quel rapport existe t-il entre espaces verts, création d’emplois dans la ville et développement économique en général ? Quelles approches fausses devrions-nous abandonner ? Comment rattraper le manque d’espaces verts au niveau des zones urbanisés de Casablanca dont la superficie dépasse 384 km²? Comment ne pas répéter les mêmes erreurs au niveau des nouveau périmètres d’urbanisation, estimés à plus de 500 hectares par an ? Quel est le lien entre les inondations actuelles à Casablanca les problèmes de manque d’espaces verts et d’urbanisme non collaboratif ?

Programme de la 1ere rencontre sur l’urbanisme collaboratif du jeudi 14 Janvier 2021 à partir de 17h00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *