Hydrogène vert : les initiatives nationales se multiplient

L’hydrogène vert peut être assimilé au pétrole vert, eu égard à sa capacité à remplacer les combustibles fossiles.

Le Maroc, qui compte devenir un acteur mondial de la production de cette matière première propre, abrite déjà une Commission nationale de l’hydrogène vert et un cluster dédié, dénommé «Green H2 Maroc».

Le développement de l’hydrogène vert est un volet non négligeable de la Stratégie énergétique nationale, dont les résultats sont aujourd’hui palpables. Il suffit de se référer à l’état des lieux et aux projections faites par MASEN en matière de mix énergétique. Pour rappel, l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) a contribué, dès 2018, à une étude du World Energy Council,  laquelle s’est penchée sur des pays à fort potentiel pour la production de l’hydrogène vert. Ladite étude a identifié le Maroc comme faisant partie des six pays à fort potentiel pour la production et l’exportation de l’hydrogène vert. Ce dernier a la particularité d’être à la fois une matière première et un vecteur d’énergie.

Du côté de l’IRESEN, fortement impliqué dans la promotion de l’hydrogène vert, les éléments clés du développement de la filière, qui créera beaucoup de valeur ajoutée au Maroc, sont les ressources renouvelables. Or, le pays est réputé pour abriter plusieurs sites dotés d’importantes quantités de ressources renouvelables, notamment le solaire et l’éolien. Au registre des gains, soulignons que l’hydrogène vert est décrit dans le contexte national comme étant un moyen pouvant décarboner plusieurs secteurs (industrie, transport), tout en générant des devises pour le pays grâce à l’export, d’ici 2035. D’ailleurs, il peut être assimilé au pétrole vert eu égard à sa capacité à remplacer les combustibles fossiles. Le Maroc qui compte devenir un acteur mondial de la production en la matière, abrite déjà une Commission nationale de l’hydrogène vert et un cluster dédié, dénommé «Green H2 Maroc».

Ce dernier, qui vise, entre autres, l’émergence d’une filière de l’hydrogène vert compétitive, s’évertue à fédérer l’écosystème national autour d’objectifs communs. Le cluster sert aussi de support pour l’élaboration d’un cadre réglementaire incitatif et équitable en faveur du développement de la filière. L’initiative, qui a aussi pour vocation de faciliter le transfert du savoir-faire à travers des projets collaboratifs, sera également un haut lieu de l’innovation et de la valorisation industrielle de l’hydrogène vert au Maroc.

Mobilisation d’acteurs de premier plan

L’IRESEN, l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et le Groupe OCP ont procédé en décembre 2021 à la signature d’un accord-cadre de coopération visant à mettre en place la plateforme technologique Green H2A. Cette dernière est dédiée à la R&D et à l’innovation dans la filière de l’hydrogène vert et ses applications «Powerto-X». La plateforme est appelée à jouer les premiers rôles pour le déploiement industriel de la filière de l’hydrogène vert et de ses applications au Maroc. Concrètement, Green H2A permettra d’investiguer, tester, démontrer, adapter au contexte local, et mettre à l’échelle nationale les technologies innovantes en la matière.

La plateforme est également censée accompagner le monde académique et socioéconomique et contribuera à l’émergence de la filière. Il est important de préciser que l’un des premiers projets de Green H2A est un pilote préindustriel de production de 4 tonnes par jour d’ammoniac vert, équipé d’une capacité d’électrolyse de 4MW. La plateforme, qui sera située dans le cœur du site industriel de Jorf Lasfar, du Groupe OCP, sur une superficie initiale de 5ha, sera dotée d’autres projets pilotes et démonstrateurs outdoor. Elle sera munie d’un bâtiment abritant des laboratoires indoor ainsi que les bureaux des chercheurs. Par ailleurs, rappelons qu’une stratégie nationale dédiée à l’hydrogène vert a été mise en place par les pouvoirs publics. Et ce, au moment où des études prouvent que le Royaume peut capter jusqu’à 4% de la demande mondiale en molécules vertes.

Au regard de ce qui précède, force est de reconnaître que plusieurs actions concrètes sont posées afin de transformer le grand potentiel du Maroc en matière de production du pétrole vert. Aujourd’hui, en raison du contexte énergétique mondial qui prévaut, l’hydrogène vert constitue une alternative bénéfique, au regard du niveau élevé de dépendance énergétique du Royaume. 

Source : Finances News Hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *