L’approche “Tourisme 365 jours” de Ahmed Reda Chami & co

Le développement d’un tourisme “durable” et “responsable” passe, entre autres, par l’adoption d’une approche “Tourisme 365 jours”, a souligné, mardi à Rabat, le Conseil économique, social et environnemental (CESE), présidé par Ahmed Reda Chami.

Ce tourisme nécessite aussi une opérationnalisation de la charte marocaine du tourisme durable et la contribution à travers le système fiscal à la promotion des investissements durables, productifs, créateurs d’emplois et catalyseurs de la valeur au niveau des territoires hôtes, a préconisé le CESE qui a organisé un atelier de restitution virtuel dédié à la présentation de son avis intitulé “le tourisme, levier de développement durable et d’intégration: pour une nouvelle stratégie nationale du tourisme”.

Côté gouvernance, le Conseil a recommandé d’instaurer une loi-cadre du tourisme et de promouvoir une planification stratégique intégrée, impliquant une convergence des moyens et des ressources et un suivi-évaluation pour toute la chaîne de valeur. Le CESE a également jugé important de proposer des produits touristiques spécialement dédiés au tourisme national en ses divers segments et adaptés au pouvoir d’achat, de promouvoir le tourisme social et solidaire et développer les auberges des jeunes et d’inventer une offre adéquate pour les Marocains Résidant à l’étranger (MRE) en prenant en considération leurs styles de vie et leurs modes de consommation des loisirs et sports. Sur le plan de la digitalisation, il y a lieu de promouvoir des destinations et des produits touristiques durables à travers la communication, la connectivité et la digitalisation en proposant un circuit de réservation et de paiement marocain permettant d’éviter la sortie de devises et des commissions hors Maroc et en faisant évoluer la communication numérique officielle vers l’expérience-client, a relevé la même source. Par ailleurs, le Conseil a indiqué qu’il importe de qualifier le capital humain en s’alignant sur les tendances mondiales et en visant l’excellence par la mise à jour de la cartographie de l’emploi dans le tourisme et l’initiation de la signature d’une convention sectorielle collective en matière de formation et de renforcement des compétences.

Il a considéré aussi que la territorialisation constitue un cadre propice à la mise en œuvre des stratégies pour assurer la coordination entre l’échelle nationale et régionale, d’où l’importance de mettre en corrélation les stratégies nationales du tourisme, de la culture, de l’artisanat, de la jeunesse et sport et du développement durable et en assurer la déclinaison territoriale, de soutenir la mise en œuvre des stratégies régionales du tourisme durable en appuyant les conseils régionaux dans l’élaboration de leurs plans de développement régionaux (PDR) et de concevoir une offre diversifiée autour de corridors traversant plusieurs territoires avec une thématique touristique commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *